L'Islande (2ème partie)


J4 - Vík                        



 

 

 

 

  Vík est l’endroit le plus pluvieux d’Islande, ce qui explique sans doute le vert de la région et le fait que nous n'y ayons pas vu le soleil !


  Les macareux moines ont élu domicile sur le promontoire de Dyrhólæy, à quelques kilomètres de là, et les sternes arctiques y ont établi leur plus importante colonie.

  Les trolls pétrifiés du Reynisdrangar et la plage de sable noir envoutent le voyageur...

  Les 595km² du glacier Myrdalsjökull dominent le village.

  C'est une bourgade minuscule, mais d'une beauté exceptionnelle...

  Un vrai coup de coeur !

 

 Reynisdrangar


 

 

  À Vík, le beau relief Reynisfjall (340m) plonge dans l'océan et se prolonge par le formidable vaisseau fantôme minéral qu'est le Reynisdrangar. Stars du lieu, ces inquiétantes aiguilles de lave sortent des eaux et semblent défier les éléments.

  D'après la légende, un trois mats gigantesque et plein de richesses s'est échoué à cet endroit. Deux trolls essayèrent alors de ramener le bateau sur la plage, mais, trop absorbés par leur tâche, ils ne virent pas le soleil se lever et furent pétrifiés. Au delà de la légende, il est vrai que plus de 110 bateaux se sont échoués dans ces parages depuis à peine un siècle !

  Immense, la plage de Vík vous aimante dès que vous l'apercevez. Le sable noir, les galets, l'écume des vagues et les sternes, tout ici est noir et blanc ou presque. Irréel ! D'ailleurs, en 1991, le magazine américain Islands Magazine l’a désignée comme une des dix plus belles plages du monde.

  Lors de notre venue, le temps maussade, la pluie et le vent ont décidé de nous accompagner... En fait, cette mer forte nous aura permis de voir Vík dans une ambiance pesante qui sied finalement plutôt bien à ces trolls pétrifiés !

 

 

 

 

plage de vik

 Cliquez sur une image pour l'ouvrir dans une nouvelle fenêtre...

 

reynisdrangar

 

 

 

 

reynisdrangar


Dyrhólaey



  Dyrhólaey est une petite péninsule de 120 mètres de haut. Cap le plus méridional d'Islande, elle avance ses roches noires dans l'océan et forme une superbe arche basaltique... Les falaises abritent de vastes colonies d'oiseaux marins, dont les célèbres macareux. Pas de chance pour nous, ils étaient aux abonnés absents... ou presque !

  Nous n'avons fait qu'effleurer Dyrhólaey, alors je reviendrai !!!

 

 

Macareux moine

Sterne arctique


J5 - Vík - Vatnajökull                  

 

 

 

 

 

 

 

   Nous quittons Vík.

   L'objectif final de la journée est dans toutes les têtes : le fabuleux lac Jökulsárlón.

   Mais avant cela, plusieurs étapes valent la peine que l'on s'y attarde : le champs de lave de l'Eldhraun, la langue glaciaire du Svínafellsjökull ou encore la chute de Svartifoss.

   Nous passerons une (courte) nuit à la ferme auberge de Gerði.

 

Eldhraun

 

eldhraun

 

  Eldhraun, la "lave de feu", est la plus grande coulée de lave du monde : 14 milliards de m³ de lave basaltique sur 565 km² ! Certaines portions atteignent les 60 km de long.

  Le 8 juin 1783, le volcan Laki entre dans ce qui sera l'éruption volcanique la plus importante des temps historiques, dont la fin n'interviendra que le 7 février 1784. Malgré des quantités de lave exceptionnelles, les effets les plus néfastes de l'éruption seront dus aux émissions de cendres et de gaz. En effet, on estime à près de 24,5 millions de tonnes la quantité de dioxyde de soufre produite au cours de cet événement, et à 20 millions de tonnes celle de CO2. Cette pollution naturelle va contaminer les eaux de surface et nombre de pâturages, provoquant la mort d'environ 11 000 bovins (50 %), 200 000 moutons (80 %), 28 000 chevaux (75 %) et des trois quarts des animaux sauvages.

  Les cendres vont assombrir l'atmosphère au point de rendre la pêche impossible. Aucune perte humaine ne sera directement causée par les coulées de lave, mais la population  sera terriblement touchée : entre 1783 et 1786, environ 22 % de la population - soit 10 500 habitants - va périr du fait de la terrible famine qui suivra l'éruption, connue dans l'histoire islandaise comme la « famine de la brume ».

  L'ampleur de la catastrophe est telle qu'elle va toucher une grande partie de l'Europe. Les cendres volcaniques, en bloquant une partie du rayonnement solaire, vont provoquer un hiver exceptionnellement froid : la Seine sera par exemple totalement gelée le 1er février 1784. À la fonte des neiges, les inondations seront catastrophiques : à Paris, elles dureront un mois et demi. Ce «mini-dérèglement climatique» va faire alterner pendant quelques années sécheresses et grands froids, récoltes exceptionnelles et disettes. On avance même l'hypothèse qu'il aurait une part de responsabilité dans la révolte du pain de 1789 en France, et donc dans le déclenchement de la Révolution Française !

  Ce paysage hors du commun, fait de millions de bulles de roches noires, est recouvert d'un épais tapis de mousse lui donnant une incroyable couleur bronze.

eldhraun

 

Svínafellsjökull



  Comment vous faire toucher du doigt l'immensité de ce que nous avons contemplé dans ces parages...? Ce qui fait qu'on se sent tout petit...?

  Je vais simplement vous présenter les différents acteurs qui entrent en scène ici...

  Le parc naturel de Skaftafell, fondé en 1967, est le plus grand parc national d'Islande. Il est émaillé de nombreux volcans, dont le Grimsvötn, volcan le plus actif d'Islande, qui serait entré en éruption plus de quarante fois, la dernière en 1998. Skaftafell englobe le Vatnajökull ainsi que quelques merveilles comme les chutes de Svartifoss.

  Vatnajökull, c'est le plus grand glacier d’Europe : 8400 km² (presque autant que la Corse ! ), près de mille mètres d’épaisseur par endroit. Ses langues de glace dominent la route n°1, qui fait le tour de l'île.

 

           

                                             Le Vatnajökull.                                                                                 Svinafellsjökull...                                                                   ... petite langue glaciaire.

 

  Svínafellsjökull, dont vous voyez les photos ci-après, n'est en fait que l'une des nombreuses langues glaciaires de l'immense Vatnajökull


                  svinafellsjokull          svinafellsjökull          svinafellsjokull

 Svartifoss

 

 

  Située sur un promontoire rocheux entre deux langues glaciaires du Vatnajökull, Svartifoss, la "cascade noire" est une petite merveille. La chute d'eau en elle même est loin d'être impressionnante, mais le cadre dans lequel elle se trouve, lui, est exceptionel ! En effet, la cascade est encadrée de formidables orgues basaltiques noires lui donnant une aura presque divine, au point de se sentir comme dans une cathédrale naturelle... Guðjón Samúelsson ne s'y est pas trompé, puisque l'architecte de Hallgrímskirkja, l'église de Reykjavík, s'en est largement inspiré pour son ouvrage !

 

svartifoss

 

 

svartifoss

 

 

svartifoss

 

svartifoss

Fjallsárlón



  Fjallsárlón, c'est un avant-goût de ce qui nous attend un peu plus loin... et c'est déjà quelque chose !  Lac glaciaire de 4km² au pied du Fjallsjökull, l'une des nombreuses langues glaciaires du Vatnajökull, il a l'avantage de ne pas être très fréquenté, et c'est ma toute première rencontre avec les icebergs.


                              fjallsarlon                                    fjallsarlon

 

  Jökulsárlón


  Situé au pied du plus grand glacier d’Europe, le Vatnajökull, Jökulsárlón est le plus célèbre et le plus grand des lacs glaciaires d'Islande.Très jeune, il ne s’est formé qu'à partir des années 1930, suite à plusieurs séismes et à la fonte du glacier. D'une profondeur maximale de 248 mètres, ses 18km² (en augmentation constante suite à la diminution du glacier) sont un régal pour les yeux... En effet, des centaines d'icebergs se détachent du Vatnajökull et flottent en surface. Ils sont ensuite entraînés par la rivière Jökulsá jusqu'à la mer où ils se déposent sur la plage de sable noir.

   Le Jökulsárlón a vraiment été l'un des temps forts du voyage... au point d'y être venus deux fois, dont l'une à 2h30 du matin !


                                                          Cliquez sur une image pour l'agrandir

jokulsarlon

 

jokulsarlon

jokulsarlon

 

 

  Un petit tour en bateau amphibie sur le lac ?

  Cette excursion sur le lac, si elle ne nous amène pas plus près du glacier, permet au moins de voir les icebergs sous un angle différent. Même si ce n'est pas vraiment donné, nous aurions eu des regrets de ne pas l'avoir fait... Alors autant jouer les touristes et se faire plaisir !

 

 

jokulsarlon

jokulsarlon

jokulsarlon

jokulsarlon

jokulsarlon

jokulsarlon

 

  D'ici, lorsqu'on se retourne, la vue devient certes moins grandiose, mais elle est annonciatrice dun spectacle tout de même peu banal... des glaçons sur une plage de sable noir !  L'effet est saisissant !!!

jokulsarlon

jokulsarlon

jokulsarlon

© Sébastien Papon - Tous droits réservés.