L'Islande (1ère partie)

Salut à tous !


C'est à un tour de l'Islande de quelques 3200 km auquel je vous invite avec ce carnet de voyage.

Aller en Islande, c'était un rêve que je caressais depuis longtemps. Cette année a enfin pu voir ce rêve se concrétiser.

Ce premier voyage au pays des gens cachés et des trolls, cette île de glace et de feu, j'ai décidé de vous le faire partager, jour après jour...

 

   L'Islande est une île entièrement volcanique qui doit son existence à la présence combinée du rift atlantique et d'un point chaud. Véritable paradis des géologues, des volcanologues, des photographes animaliers ou de paysages et des amateurs de nature quels qu'ils soient. On peut y voir la dérive des continents en temps réel, observer tous les édifices volcaniques, des geysers, des sources chaudes, des solfatares... ainsi que des milliers d'oiseaux. Se rendre en Islande, c'est aussi marcher à ciel ouvert sur le fond des océans ou encore se retrouver sur Mars ou la Lune. Finalement, c'est effectuer un grand voyage au coeur du sublime.

   En juin, la nuit a totalement disparu, le jour est permanent. Le crépuscule et l'aube se confondent, offrant une palette de couleurs merveilleuse.

 

 

J1 - Arrivée à Reykjavik


 

   Ce 1er jour, c'est l'arrivée à la capitale Reykjavík, capitale la plus septentrionale du monde...

   L'agglomération de la "baie des fumées" concentre les deux tiers de la population du pays.

 

   Arrivés sous un ciel gris et terne, la capitale ne nous aura montré ses charmes qu'avec parcimonie...

   Le temps tout de même d'immortaliser Hallgrímskirkja, édifice symbole de la ville...

Sa façade blanche rappelle les glaciers, ses courbes dynamiques, telles des ailes déployées, imitent les orgues basaltiques de l'île.


J2 - Direction Nord !                    


 

  

 

 

 

 

La météo plus que maussade nous force à revoir nos plans.

Au revoir la péninsule de Reykjanes au Sud et le Blue Lagoon, nous décidons de chercher le soleil plus au Nord...

A la poursuite du soleil, nous avons fini par le trouver à environ 50 km au Nord-est de Borganes. Notre périple nous aura permis de découvrir Hraunfossar, le cratère de Grábrók et la source d'eau chaude de Deildartunguhver.

Dépaysement garanti, soleil au rendez-vous, journée réussie !



Le 1er panorama à couper le souffle... On se sent tout petits et ce n'est rien par rapport à ce qui nous attend par la suite ! 

De part et d'autre de la route, c'est une coulée de lave recouverte de lichen...



Grábrók

  C'est le cône principal d’une série de trois cratères, formés simultanément le long d’une fissure éruptive d’environ 600 mètres de long et dont l’activité remonte entre 3000 et 4000 ans. Haut de 173m et dominant la vallée, il a été mon 1er volcan !!!

  On voit bien la coulée de lave dans laquelle serpente la route. La couleur blanche est donnée par du lichen.

 

 

Deildartunguhver

 La source chaude de Deildartunguhver serait, par son volume, la plus importante au monde, avec un débit moyen de 180 litres par seconde d'une eau à 100°C.

 Cette eau chaude est directement utilisée pour le chauffage domestique.

 

Sur la route de Hraunfossar, petit détour par une piste à travers la Kaldidalur, la "vallée froide" pour découvrir la rivière glaciaire Geitá...

 

 

 

Hraunfossar

 La "chute de lave" s'étend sur un kilomètre. Une succession de petites cascades vient se jeter dans la Hvítá, petite rivière glaciaire au pied du Langjökull. Tout simplement sublime, d’autant plus que toute cette eau semble sortir de nulle part, cachée auparavant sous un champ de lave (le Hallmundarhraun).


J3 - Reykjavik - Vík                        


 

 

 

 

 

  En ce troisième jour, nous prenons la direction du petit village de Vík, à l’extrême sud de l’île, réputé notamment pour sa plage de sable noir.

  En partant, nous faisons une dernière halte dans Reykjavik avec l'Harpa, l'auditorium de la ville, et le Sólfarið.

  Sur la route, arrêt aux chutes de Seljalandsfoss et Skógafoss et passage par le désormais célèbre volcan Eyjafjallajökull.

  La météo est très incertaine, alors on croise les doigts !


Harpa

 

 

  Centre de concerts et de conférences, l'Harpa est un fleuron architectural Islandais devenu en peu de temps un édifice emblématique de Reykjavik, au même titre que Hallgrímskirkja.

  Harpa étonne le visiteur, stimule l'imagination et l'oeil du photographe !

 

Harpa

Harpa

Harpa


Sólfarið                         

 

  Sur les quais trône une sculpture monumentale signée Jón Gunnar Árnason : Sólfarið.

  Toute en acier, haute de plus de trois mètres et longue de quatre, Sólfarið, le "voyageur du soleil", fait face à la baie.

  Sólfarið est sensé représenter un bateau viking. Mais, aux lumières extraordinaires qui baignent l’Islande, tout le monde peut laisser son imagination prendre le dessus : comment ne pas y voir sous un certain angle un squelette de baleine ?

  Le tout subjugue littéralement, bien que l’esthétique de la statue ait de quoi surprendre. Cependant, la lumière du nord, et notamment la lumière du soleil de minuit, la sublime en se reflétant sur son acier poli.

 

 

 


Seljalandsfoss

 

Seljalandsfoss

 

  Haute de soixante cinq mètres, Seljalandsfoss est la seule chute d’eau d’Islande derrière laquelle il est possible de passer, en empruntant un petit sentier humide et en prenant au passage une douche rafraichissante ! Quand le beau temps se mêle à la partie, le résultat vaut clairement le détour.

  Voyez vous-même !

 

Seljalandsfoss

 

seljalandsfoss

Seljalandsfoss

 

Seljalandsfoss

Seljalandsfoss

 


Gljúfrabúi


  À quelques centaines de mètres seulement se trouve une chute "secrète", véritable "trésor caché".

  Gljúfrabúi mesure une quarantaine de mètres de hauteur et est partiellement cachée derrière la roche, ce qui lui confère une aura mystique.

   C 'est   en  s'aventurant  à  l'intérieur  qu'elle   nous  révèle   toute  sa splendeur...

 

gljufrabui

 

Eyjafjallajökull                        


  Ce glacier au nom imprononçable (sauf pour moi, maintenant je maîtrise !!!) abrite le volcan sous glaciaire Eyjafjöll, qui culmine à 1666m et dont la désormais célèbre éruption de 2010 a paralysé le ciel d'Europe.

  Pas de chance pour nous, le ciel bien plombé nous a empêché de le voir. 

  Sur ma photo de droite, vous pouvez voir au premier plan LA photo qui a fait le tour du monde. Elle a été prise par le fermier lui même au moment de l'éruption. C'est pour le moins... impressionnant ! D'ailleurs, tout est encore recouvert de cendres noires...

 

 

 

 

Skógafoss


skogafoss


  Dévalant les pentes, la rivière Skógá achève sa course par une série de vingt cascades dont la dernière, Skógáfoss, chute d'une falaise érodée haute de 61m, formant une cascade d'une largeur de 25m. Elle est célèbre notamment pour le double arc-en-ciel qu'elle forme lorsque le soleil est de la partie. Malheureusement pour nous, c'est plutôt la pluie qui commençait à faire des siennes...

skogafoss

 

skogafoss

skogafoss

DC-3

 Au détour d'une piste, seul au milieu d'une vaste étendue de sable noir, le Sólheimasandur, repose l'épave d'un Douglas DC-3 de l'US Navy. Il s'y est abîmé le 24 novembre 1973.

 Cela semble irréel...

© Sébastien Papon - Tous droits réservés.